Brevets / Logiciels

UnLogicielEstUnRaisonnement

PagePrincipale :: DerniersChangements :: DerniersCommentaires :: ParametresUtilisateur :: Vous tes ec2-54-162-232-51.compute-1.amazonaws.com

Un logiciel est un raisonnement mathmatique


Voir aussi :
LettreDeDonaldKnuth
http://www.ffii.fr/liens.html

Un logiciel est un ensemble d'algorithmes, autrement dit c'est l'automatisation d'un raisonnement mathmatique humain.


Un logiciel est dterministe, il s'excute tout le temps de la mme faon, et dans un milieu ayant un nombre fini d'tats possibles (c--d un milieu discret). Cela signifie que pour arriver un rsultat, il n'y a jamais un nombre infini de possibilits. Plus l'tendue d'un rsultat est simple et restreint, plus le nombre de possibilits d'y parvenir diminue, et lorsque l'une de ces solutions est brevete, c'est le rsultat qui est brevet et non la technique pour y arriver. De cette faon, les possibilits de contournement du brevet sont quasi inexistantes


Au contraire, dans un milieu matriel, les brevets se justifient car il faut tenir compte du hasard, des matriaux, de la temprature, de la corrosion, de l'usure, de la fatigue, qui ont toutes des valeurs continues, et qui tendent l'infini les paramtres d'environnement o se droule la ralisation d'une technique brevete.
Ceci n'arrive jamais dans un milieu binaire
. Le champ d'action en programmation informatique est infiniment plus restreint ! Tout brevet sur une de ses techniques rduit dfinitivement les possibilits des programmeurs dans tout un domaine d'application, et les empche compltement de s'en approcher. La complexit actuelle des logiciels fait qu'ils utilisent, et sont obligs d'utiliser un trs grand nombre d'ides ; et lorsque ces ides sont brevetes , soit le logiciel est bloqu dans ses fonctionnalits et ne peut pas tre concurrentiel, soit il n'est pas du tout rentable car il faut payer un trop grand nombre de licences de brevets. C'est une des raisons pour lesquelles les brevets de logiciels rduisent l'innovation et la concurrence.


Une autre aberration de la brevetabilit des logiciels, peut-tre la plus importante d'un point de vue thorique et thique, est la suivante :
Un ordinateur ne peut pas stocker la grande majorit des nombre rels car un nombre rel occupe une place infinie en mmoire. Par exemple, le nombre PI comporte une infinit de chiffres aprs la virgule, selon un ordre jamais rptitif. On ne peut travailler que sur une approximation. En vrit les ordinateurs ne travaillent que sur les nombres entiers, et les nombres virgule sont approxims grce une virgule flottante. (les variables "float" en programmation).
Deuxime constat, un logiciel tant une suite d'instructions et d'algorithmes, il appartient au domaine des mathmatiques.


Mais les mathmatiques peuvent travailler sur tous les types de nombres, y compris les nombres rels comme PI. Les logiciels constituent donc un sous ensemble du champ des mathmatiques, celui qui concerne les nombres calculables. Les logiciels sont donc plus forte raison des mthodes mathmatiques puisqu'ils appartiennent une sous-partie du champ des mathmatiques, celle de la calculabilit.
La correspondance directe entre logiciels et mathmatiques peut aussi tre concrtement illustre par le lambda-calcul, par la Correspondance de Curry-Howard, et par l'existence de logiciels et de techniques qui permettent d'tablir une correspondance directe entre logiciels et dmonstrations mathmatiques :

http://citeseer.nj.nec.com/ohori99curryhoward.html
http://www.computer.org/proceedings/lics/0725/07250307abs.htm
http://www.e-supinfo.com/peren2002/nacmia_i/pages/manuel.htm

Breveter des mthodes mathmatiques est absolument inconcevable, et c'est explicitement interdit par la Convention de Mnich. tendre ou officialiser la brevetabilit des logiciels revient autoriser la brevetabilit sur les mathmatiques.

Concernant les arguments prcdents : les logiciels et les techniques auxquels il ai fait allusion permettent effectivement d'tablir une correspondance directe entre certains logiciels caractre scientifique et des dmonstrations mathmatiques. Un logiciel reste cependant la mise en oeuvre d'une ide, que l'ide en question porte sur les mathmatiques ou sur une roue de camion n'a gure d'importance

Mais pas seulement... :

Tout ceci ne s'applique bien entendu que pour les brevets portant sur des "techniques logicielles", code source ou algorithme l'appui. Il se trouve que les brevets de logiciels actuels ne portent en ralit pas souvent sur les calculs eux-mmes (qui sont gards secrets), mais sur les rsultats de ces calculs (faux : lisez donc les brevets de logiciels dlivrs par l'OEB), ce qui permet d'empcher quiconque d'implmenter une technique aboutissant ces rsultats

Si l'on transpose ceci aux brevets sur des techniques matrielles, cela revient par exemple breveter tous les rcipients liquide, au lieu de breveter simplement le TetraPak (les fameux packs de lait ou de jus de fruit en carton) ! Belle perspective...




Il n'y a pas de commentaire sur cette page. [Afficher commentaires/formulaire]